La Colline – Théâtre National (Paris)

La Colline – Théâtre National

  • Paris
  • 700 places environ
  • La Colline est un établissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle du ministre chargé de la culture.
     Ce haut-lieu culturel est le dernier né des 5 théâtres nationaux dédiés à l’art dramatique et entièrement subventionné par le Ministère de la Culture, avec, à Paris, La Comédie Française, l’Odéon, le Théâtre National de Chaillot, et à Strasbourg, le TNS. C’est l’une des premières institutions culturelles d’importance à s’être implantée dans l’Est parisien.

     
    La Colline présente chaque année entre 12 et 20 spectacles dans les deux salles : principalement des coproductions, 1 à 2 créations du directeur, et des spectacles accueillis dont certains en langue étrangère et présentés avec surtitrages en français. Entre 280 et 350 représentations sont proposées par saison, sans compter les tournées. La fréquentation annuelle oscille entre 85000 à 100000 spectateurs.


    Le décret n° 2002 – 110 du 24 janvier 2002 modifiant le décret constitutif du 31 mai 1972 et les suivants fixe le statut actuel du Théâtre national de la Colline. Il précise que ce dernier est un établissement public industriel et commercial chargé de la gestion artistique et financière des salles de spectacles dont il dispose et placé sous la tutelle du ministre chargé de la culture.

    Il transforme la commission consultative en conseil d’administration délibérant et reconnaît la spécificité des théâtres nationaux et notamment la liberté d’action nécessaire au projet artistique développé en prévoyant expressément que le Directeur de l’Établissement public soit en même temps le Président du conseil d’administration.
      

    Il précise l’objet commun aux théâtres nationaux, à savoir, la présentation d’œuvres théâtrales appartenant au répertoire classique ou moderne, français ou étranger, ainsi que la création d’œuvres nouvelles enrichissant ce répertoire, ce qui permet aux parties concernées de redéfinir plus librement les missions à chaque nouvelle direction.

    Le ministre chargé de la culture veille au respect par l’établissement des grandes orientations culturelles en matière de création et de diffusion culturelle et approuve la programmation artistique de la saison et les modifications apportées à cette programmation en cours de saison.
     L’établissement est administré par un conseil d’administration et dirigé par un directeur, assisté d’un administrateur.

    Le théâtre est dirigé par un directeur, nommé par décret pris sur proposition du ministre chargé de la culture pour un mandat de cinq ans renouvelable par périodes de trois ans. Il est assisté d’un administrateur nommé par arrêté du ministre chargé de la culture après avis du directeur. Le directeur, responsable de l’ensemble des activités de l’établissement, élabore la programmation artistique votée en conseil d’administration.

    Chantier de La Colline - 1983 à 1988

    Le conseil d’administration comprend :
    • - le directeur du théâtre, président
    • - deux membres de droit: un membre de la DGCA et le directeur de l’Administration générale au ministère chargé de la culture
    • - un représentant de l’inspection de la création et des enseignements artistiques
    • - trois personnalités qualifiées dans le domaine culturel désignées par arrêté du ministre chargé de la culture
    • - trois représentants des personnels permanents de l’établissement dont un représentant du personnel artistique, un représentant des cadres et un représentant du personnel administratif et technique
    L’administrateur, le contrôleur d’État et l’agent comptable assistent aux séances du conseil avec voix consultative. Les délibérations du conseil sont prises à la majorité des votants. En cas de partage égal de voix, celle du Président est prépondérante.

Adresse

La Colline – Théâtre National
15 Rue Malte Brun
75020 Paris

Historique

1er octobre 1951
Guy Rétoré fonde une compagnie théâtrale appelée « la Guilde » qui prend la forme juridique d’une association type loi 1901. Cette troupe amateur de création théâtrale était installée dans le XXe arrondissement de Paris, à Ménilmontant. En 1960, la troupe devient permanente et, saluée tant par la critique que par le ministère des Affaires Culturelles, elle s’installe en 1963 dans un ancien cinéma rénové du quartier : le Zénith à quelques mètres de la place Gambetta. Son activité originale – à travers une action de décentralisation théâtrale à l’intérieur de Paris ! – est reconnue par André Malraux qui inaugure une « Maison de la Culture » le 29 janvier 1964 dont le statut de Centre dramatique national est formalisé en mars 1966, statut correspondant davantage à son activité de création.
  

En 1972
Afin de reconnaître le travail exemplaire de Guy Rétoré dans un quartier populaire de la capitale, Jacques Duhamel décide d’en faire l’un des théâtres nationaux parisiens, établissement public industriel et commercial (décret n° 72-460 du 31 mai 1972).
Chantier panneau
En 1983
Jack Lang décide la construction d’un nouvel édifice pour remplacer l’ancien bâtiment et François Léotard, alors ministre de la Culture, inaugure le nouveau Théâtre national de la Colline, le 7 janvier 1988. Le décret n° 87-909 du 10 novembre 1987 reconnaît cet établissement sous sa nouvelle appellation, ce qui permettra à Guy Rétoré de conserver le nom de «TEP» pour l’ancienne salle de répétition de l’avenue Gambetta, dépendance de l’établissement public, transformée pendant les travaux en salle de spectacle: dès lors, il s’y installera en tant que compagnie subventionnée jusqu’en juin 2002.


7 janvier 1988
Jorge Lavelli, premier directeur du nouvel établissement, proposera au ministère de la Culture de présenter exclusivement des œuvres contemporaines jamais produites auparavant. C’est ainsi que, à l’issue de son troisième mandat, en novembre 1996, il inscrit ce théâtre comme le lieu spécifiquement dédié aux auteurs vivants français et étrangers, dans le paysage des théâtres subventionnés parisiens.
TEP
12 novembre 1996
Alain Françon nommé directeur, conservera cette spécificité de présentation des auteurs contemporains mais étendra le projet en proposant un panorama permanent de la dramaturgie du xxe siècle: des auteurs vivants contemporains juxtaposés à des auteurs incontournables du xxe siècle permettront une vision en perspective de la dramaturgie littéraire et théâtrale de la fin du xixe siècle au début du xxie.

16 janvier 2010
Stéphane Braunschweig succède à Alain Françon, perpétuant une attention particulière envers les auteurs vivants, français et étrangers, et désirant que La Colline soit un lieu d’émergence de nouvelles écritures scéniques. Un théâtre voué à la création théâtrale contemporaine, dans un sens large comprenant à la fois le texte et la mise en scène.

6 avril 2016
Wajdi Mouawad est nommé directeur du théâtre. Son projet artistique pour La Colline s’articule autour de quatre axes fondamentaux : l’écriture et la création, la diversité, la jeunesse et le territoire.